anipassion.com

MAROC : Les casinos tabou ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAROC : Les casinos tabou ?

Message par ATLAS le Mer 15 Avr - 11:04

Article de CASINO WEB copié et collé ici :

" Ouarzazate, la cité qui voit défiler les stars hollywodiennes, aimerait bien attirer également les flambeurs du Nevada. Certains commencent déjà à l'affubler du lourd sobriquet de “Las Vegas marocain”. Et pour cause, cinq projets de casino seraient à l'étude, en toute discrétion, auprès de la primature qui - comme tous les départements de l'Etat et même les professionnels du secteur - esquive la moindre question sur le sujet, dès que le terme “casino” est prononcé.

Et pour cause : l'octroi d'une licence de casino reste un sujet de grande sensibilité au Maroc. Celle-ci est accordée exclusivement par un arrêté, signé par le chef du gouvernement lui-même, après avoir transité par différentes commissions. Et comme dans les concours des grandes écoles, parmi les nombreux prétendants, il n'y a que peu d'élus.

Les plus prestigieux groupes internationaux se sont ainsi vu opposer un niet catégorique, quand le projet de casino est porté sur la table des négociations. Le dernier exemple en date est celui du groupe français Lucien Barrière. Ce dernier, qui vient de lancer les travaux pour la construction d'un complexe hôtelier de luxe, le “Fouquet's Barrière Marrakech”, a dû mettre en veilleuse son projet d'établissement de jeux. Pourtant, le groupe n'a jamais caché son ambition de se positionner sur ce créneau dans la ville ocre, où deux casinos existent déjà.

En effet, la filiale “Ryads Resort Development”, créée en 2002 déjà, a été adossée à la société Casino & Hotels de Deauville, qui regroupe les 37 casinos de Lucien Barrière, justement plus connu dans le secteur des jeux que dans l'hôtellerie. “Si la négociation autour du projet a traîné cinq années, ce n'est pas uniquement pour des raisons de foncier ou de constitution du tour de table, c'est aussi à cause des tractations pour l'obtention d'une licence de casino”, confie une source proche du dossier.

D'ailleurs, le groupe garde toujours bon espoir d'obtenir la fameuse licence. “L'option casino n'est pas envisagée pour le moment”, se contente de répondre un des dirigeants du groupe aux journalistes conviés à la cérémonie de pose de la première pierre la semaine dernière.

Mais si le groupe français s'est tout de même lancé dans son projet touristique (en attendant ?), tel n'a pas été le cas pour d'autres investisseurs. L'exemple le plus connu est sans doute celui de la station “Asilah Beach”. La convention signée avec Ahlen Villages en 1999 (plus de 600 millions de dirhams d'investissement) comportait un accord de principe pour la création d'un casino.

Néanmoins, ce projet n'est jamais sorti de terre en raison de la réticence des élus locaux à donner leur bénédiction pour l'ouverture d'un établissement de jeux. Pis encore, des licences ont parfois été accordées avant d'être tout simplement retirées.

La société Interedec Holdings Limited a été autorisée, par décret du 5 septembre 2000 (publié au Bulletin Officiel du 21 septembre 2000), pour procéder à l'ouverture et à l'exploitation d'un casino au sein du complexe touristique Marina Smir dans la région de Tétouan. Seulement, l'aval final, qui passe par un arrêté conjoint des ministres de l'Intérieur et des Finances (fixant les conditions d'ouverture du casino ainsi que les jeux qui y seront pratiqués et les règles y afférentes) n'a jamais été obtenu.

“Ce projet a eu le malheur de traîner plusieurs mois jusqu'à coïncider avec la polémique qui a suivi l'ouverture du casino de Tanger. Le gouvernement n'a eu d'autre choix que de faire marché arrière”, confie un haut commis de l'Etat. En effet, au cours du printemps 2002, le casino de l'hôtel Mövenpick Malabata est fin prêt. Mais il devra attendre plus de trois mois avant d'accueillir ses premiers clients, sur fond de contestation d'élus islamistes.

Une loi qui ne bluffe personne

Les péripéties du casino de Malabata ont même abouti à la réalisation du premier texte qui fait office de réglement pour les établissements de jeux au Maroc. En 2002, le gouvernement sortant de Abderrahmane Youssoufi a produit une circulaire pour “réglementer” ce secteur. “Il était question de réaliser un projet de loi, mais le gouvernement n'a pas eu les nerfs suffisamment solides pour miser tout sur le Parlement”, ironise un responsable. Cette circulaire se contente de limiter géographiquement les autorisations pour les établissements de jeux. Ainsi, seules quelques villes touristiques sont autorisées à les accueillir.

En plus d'Agadir, Marrakech et Tanger, où existent déjà les six casinos que compte le royaume, deux autres villes (Mohammedia et Ouarzazate) sont venues s'ajouter à la liste. Et pour ces nouvelles villes, le gouvernement s'est pratiquement senti obligé de se justifier. Ainsi, pour le cas de Ouarzazate, la circulaire explique que l'autorisation a été accordée “dans le but d'aider au développement de l'industrie du cinéma dans cette ville, qui mobilise une population étrangère importante et à laquelle il convient de procurer des animations qui lui sont habituelles”.

Néanmoins, ce texte est loin d'être respecté à la lettre. En 2004, un autre casino a été autorisé, en dehors des cinq villes citées dans la circulaire. Le groupe Kerzner, adjudicataire de la station Mazagan (à El Jadida), a fini par décrocher l'accord pour son casino. Mais là encore, la partie s'est joué “serré”. L'investisseur a failli crier “passe” quand il a fallu négocier pour l'autorisation d'établissement de jeux.

Le coup de bluff a visiblement payé, puisque l'Etat a fini par céder devant l'ampleur de l'investissement du groupe sud-africain : 5,7 milliards de dirhams. “Pour les projets touristiques importants, des négociations sont menées au cas par cas”, explique ce responsable. Le groupe Kerzner réussira même un joli coup en mettant noir sur blanc, dans la convention d'investissement, une exclusivité d'exploitation d'un établissement de jeux dans un rayon de 130 kilomètres.

Et pour cause, le business du jeu reste relativement juteux. Le casino “Le Mirage” à Agadir, appartenant groupe Partouche coté en Bourse, a dégagé un chiffre d'affaires de 1,3 million d'euros en 2005. Et encore, avec ses 44 machines à sous et ses 7 tables de jeu, il est loin d'être le plus grands des six casinos qui se partagent le jackpot au Maroc.

Certains sont en activité depuis plus d'un demi-siècle, comme celui adossé à l'hôtel Essaâdi à Marrakech, fondé en 1948 par Jean Bauchet, ou encore celui de La Mamounia. Les autres établissements, plus récents (Mövenpick de Tanger et Agadir Dorint) tournent également très bien. De toute façon, comme le veut l'adage, un casino est toujours gagnant…"
avatar
ATLAS
Fondateur
Fondateur

Masculin
Nombre de messages : 2049
Age : 60
Localisation : MAROC
Date d'inscription : 01/01/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAROC : Les casinos tabou ?

Message par achrafson le Mer 15 Avr - 16:48

ben j ai pas la meme opinion que l auteur de cette article a klk truc si on vois la situation du Maroc y as les mosqué et y as les bars y as les casino y as les boites de nuit les cabaret y as les points de vent d alcool et y as les trafics de drogue . alore chaqu un fais ses choix . le probleme au maroc c est pas ca comme les partis islamistes essaye de nous faire croire c est un probleme culturel economique et politique . et moin kaidirou l chafara fin ikhsrou floussna .
avatar
achrafson
couleur
couleur

Masculin
Nombre de messages : 438
Age : 30
Localisation : agadir
Date d'inscription : 13/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAROC : Les casinos tabou ?

Message par Aziz10 le Ven 15 Fév - 7:47

En effet, chacun fait ses choix. Moi je par exemple, je prefere jouer en ligne, c'est plus discret et ca n'implique que moi. un exemple. fr.royalvegascasino.com/download.casino/btag-ad504525
avatar
Aziz10

Masculin
Nombre de messages : 3
Age : 34
Localisation : Tunisie
Date d'inscription : 08/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAROC : Les casinos tabou ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum